IMG 5108 2L’Association “S’engager pour le Royaume” s’adresse à des laïcs, hommes et femmes, qui désirent vivre plus à fond leur baptême selon l’Évangile et leur mission permet à ces personnes de répondre à l’appel du Christ, donne la possibilité de partager le charisme, la spiritualité et la mission de l’Assomption, de l’actualiser dans leur état de vie spécifique.

Au coeur du monde et de l’Église, c’est désirer répondre à l’appel de Dieu, vivre sa foi en Église et s’imprégner du charisme de l’Assomption ; c’est partager avec la communauté des temps communautaires, des temps de prière (Offices, Eucharistie, Adoration, Oraison) et des temps de mission ; c’est accepter de se former, de se connaître soi-même, de respecter et de s’ouvrir aux autres.

En lien avec une communauté de l’Assomption, s’engager comme

Compagnon : il commence un chemin avec une communauté de l’Assomption.

Associé : il coopère à la mission de l’Assomption, puisant dans la prière et la rencontre la force d’être acteur de transformation.

Allié : il fait alliance avec l’Assomption par une Promesse s’engageant dans une communauté Soeurs/Alliés.

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.    Lien Facebook

Cliquez sur le lien suivant pour regarder la vidéo des témoignages.

DSC 0210

 

engagement de M Agnes Ce lundi 11 mars, notre communauté de Bondy a eu la joie d’accueillir l’engagement d’une quatrième associée. Marie-Agnès y pensait déjà depuis assez longtemps et elle désirait le faire le jour de la fête de Marie-Eugénie, jour aussi de son anniversaire ! Joie redoublée par la présence d’Isabelle Le Guay et de nos sœurs de Pavillons-sous-Bois.

Nous avons fêté Marie-Eugénie le 10, jour J, le 11 avec la communauté et la paroisse, le 12 avec l’’établissement scolaire : un vrai triduum !

Notre chapelle était pleine à craquer pour l’office des Vêpres et nous avons tous été émus d’entendre et recevoir ses paroles :

« Moi, Marie-Agnès Despres Kimbo, je m'engage au sein de l’Association S’engager pour le Royaume comme associée, proche de la communauté de Bondy, en ce 11 mars 2019, pour un an.

Par mon engagement et dans la mesure du possible, je souhaite poursuivre le chemin commencé il y a 10 ans avec les religieuses de l'Assomption :

En vivant du charisme de l'Assomption par une vie spirituelle nourrie de la prière et de la parole de Dieu, au côté de la communauté et de ses amis, je veux pouvoir apporter mon soutien à ses projets et participer aux temps de rencontres proposés dans le partage d'une vie fraternelle.

Par cette démarche, je souhaite signifier ma proximité avec l'Assomption. »

 

DSC 0210

 

Florence« S'engager pour le Royaume, qu'est-ce à dire ?

Pour moi, c'est essayer, là où je suis portée, de m'engager sur le chemin à la suite du Christ pour faire connaître sa lumière et la répandre autour de moi.

J'ai fait le choix, tardivement, de devenir institutrice spécialisée en zone d'éducation prioritaire. Chaque semaine, il faut redonner de l’Espérance aux élèves qui ne savent plus ce que Réussir veut dire, mais aussi à leurs parents et à leurs enseignants démunis devant la très grande difficulté et le handicap.

Et tout cela dans un environnement de carence au niveau social, culturel, linguistique, psycho-affectif… et si éloigné de ma religion. C’est dans cet univers quelque peu aride qu’il faut faire rayonner la lumière de Jésus, c’est-à-dire parler de lui, le donner à voir sans pouvoir le nommer. Se contenter d’être son témoin et s’approcher petit à petit du mystère de son incarnation, lentement, sûrement.

Sainte Marie Eugénie affirmait dans son credo que la mission « demande courage et foi, nos moyens sont pauvres et impuissants, ce sont les moyens de Jésus Christ en son temps ». Oui, il faut faire avec. Je ne peux que mesurer l’actualité et la pertinence de son message dans ce que je vis dans mes périphéries, là où le Seigneur m’a portée. »

Florence Demas St Hilaire, compagnon

DSC 0210

 

PIERRE"Ce sont les premiers messages du pape François à peine élu qui m'ont remis en route. Il fut ensuite l'initiateur du Jubilé de la Miséricorde : une invitation qui m'a immédiatement parlé et m'a conduit à Lourdes pour la première fois en tant que pèlerin. Grâce à Internet, j'ai découvert à cette occasion le Centre Assomption, sa communauté, la vie de Marie-Eugénie, fondatrice de la congrégation, dont l'histoire familiale m'a beaucoup touché. Plus tard, je prendrai conscience de la forte tradition éducative qui fait écho à mon métier (j'exerce dans l'enseignement spécialisé public) et de la sensibilité écologique qui imprègne de plus en plus l'esprit de l'Assomption à l'image du monde qui nous entoure. Enfin, il y a l'appel adressé aux laïcs à 'S'engager pour le Royaume' : proposition qui me séduit car elle fait sens. J'aime à penser que le Royaume à bâtir est une utopie mobilisant toutes les dimensions de l'existence, personnelle et collective. Utopie que j'essaie de vivre à travers des engagements passés (ATD Quart-Monde) et présents (Réseau des Colibris du Compiègnois)."

Pierre, associé

 Assemblée à Paris, octobre 2018

P1000541Le week-end des 6 et 7 octobre, 80 soeurs et laïcs se sont réunis à Paris (Lübeck et Auteuil). L'occasion de chaleureuses retrouvailles et de nouvelles rencontres dans un esprit de grande ouverture et de diversité d'expression. Passation de soeur Isabelle à soeur Hélène, nouvelle Provinciale, ateliers, partage sur les dernières assemblées, que cela soit le Congrès sur l'Éducation aux Philippines, ou encore le Chapitre général de cet été, ces quelques mots partagés à l'issue de ce week-end pourraient tout vous résumer :

"Chants, rires, émotions, les trois pépites de ce rassemblement riche des interactions entre sœurs et laïcs." (Sabine) 

"Bon souvenir de ces journées très riches d’assemblée passées ensemble. J'ai été marquée bien sûr par beaucoup de choses mais tout particulièrement par l’impression forte d’être vraiment « Ensemble », soeurs et laïcs, dans un mouvement pour plus de vie. Par la disponibilité des participants au Chapitre général pour partager ce qui s’y est dit avec tous ceux qui n’y étaient pas. Et enfin, par la clarté des documents distribués à la fois précis et clairs, d’autant plus clairs que tout a été fait pendant ces deux journées pour que le message passe bien grâce aux témoignages, aux ateliers… C’est vraiment remarquable. (Isabelle Leguay)

 Mais voyons plus en détail ce qui a été dit et partagé durant ces deux jours...

43469941 2077580755615138 250007675478212608 o 2Samedi 

L'Assemblée s'est ouverte par la prière à la chapelle de Lübeck et le remerciement de notre soeur Monique, ancienne économe provinciale. Un travail collectif sur le contexte de l'Assomption s'est ensuivi, par le biais d'un photo-langage : chacun a apporté une ou deux photos évoquant "le monde dans lequel je vis". L'après-midi a été consacré à un partage d'expérience de ce que nous vivons dans nos différentes Provinces : transmission du Congrès international d'éducation de Manille. Une soirée fraternelle mis un terme à cette journée avec partage des nouvelles de nos communautés.

Témoignage sur cette première journée "Grande ouverture dans cette assemblée de Province avec une diversité d’expression, et toujours une très belle liturgie. J’ai beaucoup aimé la transmission du congrès d’éducation à Manille à travers la vidéo, les explications et les différents témoignages. C’était une façon non pas d’expliquer mais de vivre le charisme de l’Assomption d’une manière bien réelle, expérimentale et même corporelle…" (Catherine) 

Dimanche

La matinée a débuté sur un travail sur Assomption Ensemble, introduit par une présentation de Catherine. Chacun a alors été invité à s'interroger sur ce qui le stimule, sur ce qu'il estime avoir à approfondir. Après les remerciements de Catherine et Hubert, laïc engagé en Assomption Ensemble, tous se sont réunis pour la messe lors de laquelle a été célébrée la passation entre soeur Isabelle et soeur Hélène, nouvelle Provinciale (cliquez ici pour lire le texte). 

Cliquez ici pour lire et méditer l'homélie du père Nicolas Potteau

 

P1000530"En guise de merci, un petit acrostiche : ISABELLE

I comme illimités : les kilomètres parcourus en métro, en train, en avion (Europe oblige) pour aller à la rencontre des sœurs, des communautés, des établissements, des assemblées générales.

S comme serviteur fidèle au service de la Province pour animer, stimuler, encourager mais aussi décider.

A comme accompagnement des sœurs, des équipes, de la Tutelle et A comme accueil, amitié, attention, affection pour affermir et envoyer !

B comme bicentenaire et festival des jeunes, organisé, réalisé et vécu en France, en Assomption Ensemble.

E comme ensemble avec les deux conseils provinciaux mais encore avec les conseils d’Europe.

2L, 2 ailes, pour voler, voir large, s’envoler, survoler, surtout 2 ailes pour être présente et proche.

E comme envoyée pour un nouveau service de la congrégation avec notre amour et notre affection."

 L'après-midi donna lieu à la poursuite du travail sur le Chapitre général 2018, avec des ateliers sur les conférences de Mgr Tagle, soeur Mariola, et sur les objectifs Développement durable Il s'est poursuivi sur la célébration du document capitulaire à la chapelle, document qui donne une orientation commune à toute la congrégation pour les 6 années qui viennent. En voici les mots clés :

IMG 4365Source Ce chapitre de 2018 s’est tenu à Lourdes, tout près de la source de Massabielle. Et cela a été pour nous une belle invitation à nous rappeler de ce qui est à la source de notre vie chrétienne, notre baptême, notre consécration au Christ. Appel à revenir à la source, à ne pas nous dessécher, appel à témoigner d’une fraîcheur au cœur d’un monde souvent altéré…

Maison commune Vous reconnaissez l’appel du Pape François dans l’encyclique Laudato ’Si à prendre soin de notre Terre, notre maison commune. Appel à la responsabilité de chacun à soigner les milieux de vie où il se trouve, pour qu’ils restent habitables, humains, accueillants…

Internationalité C’est le cœur de l’expérience d’un chapitre général que de vivre de façon intense cette rencontre des cultures. Nous avons la chance de pouvoir aussi faire cette expérience dans plusieurs de nos communautés. Nous savons toute la richesse et toute la difficulté que constitue cette dimension, et combien cette acceptation profonde des différences est le défi que nous avons à relever sans cesse si nous voulons vraiment être le signe de l’unité du genre humain.

IMG 4569 2Écoute Autre grande expérience du chapitre, l’écoute. Ecoute des rapports et expérience des provinces, écoute des conférences, écoute des points de vue différents, écoute des voix et des chants qui s’élèvent pour la prière, écoute de ce qui résonne au fond de soi… Ecoute de l’Esprit… Ecoute qui, en se faisant de plus en plus attentive et aimante, devient véritable obéissance à la volonté du Père…

Changement Nous sommes dans une époque caractérisée par la rapidité des changements. Cela nous donne parfois le tournis ! Mais comment continuer à aimer notre temps, si nous ne cherchions pas à comprendre ce qui advient, à rester vigilants devant des bouleversements qui sans doute nous dépassent. Cela ne nous provoque-t-il pas à la conversion que nous réclame le Christ ? A la souplesse que Marie-Eugénie a si souvent recherchée dans sa vie ?

IMG 4565Frontières Mot-clé essentiel de notre chapitre. Frontières, périphéries… Barrières, marginalisation… Echanges, expansion… Nous pouvons voir ces réalités dans leur dimension négative, qui deviennent tellement tragiques aujourd’hui, synonymes de repli et d’exclusion. Mais aussi dans leur dimension positive, évocatrice d’opportunités et de rencontres multiculturelles. Quoi qu’il en soit, les frontières et les périphéries de toutes sortes nous questionnent et, avec l’Eglise, nous invitent à nous risquer.

Fragilité C’est dans la logique de l’Evangile que d’accueillir avec reconnaissance ce qui est petit, fragile et pauvre. Renversement par rapport aux valeurs du monde, dans lequel nous n’avons jamais fini d’entrer. C’est là que se déploie le Royaume de Dieu, petit grain de sénevé ou pincée de levure qui lève et soulève le monde. Notre engagement à la suite du Christ nous entraîne avec toute l’Eglise dans cette option pour les pauvres, en commençant par nous-mêmes.

IMG 4412Discernement On dit souvent de Marie-Eugénie qu’elle fut une femme de foi et une femme d’action. Il me semble que ce qui fait la synthèse des deux, foi et action, c’est la capacité de vivre le discernement. Agir à la lumière de notre foi, nourrir notre foi des événements qui nous traversent. Faire avec d’autres les choix qui nous concernent, faire confiance à ces décisions discernées ensemble.

Communion Voilà notre utopie ! Cet horizon jamais atteint, mais vers lequel nous marchons résolument. Déjà là et pas encore, nous essayons de la vivre au cœur de nos eucharisties, au cœur de nos vies quotidiennes. Et c’est ce qui fait la saveur de notre vie, une vie ordinaire, mais pas banale !

Chemin En route ! Nous avons une bonne nouvelle à annoncer, nous avons un Pasteur qui nous conduit et qui s’est fait lui-même le chemin vers la vie ! Allons-y ! 

Quelques témoignages sur cette deuxième journée 

IMG 4602 2"Un moment de grande joie. Joie de retrouvailles et de nouvelles rencontres, de temps forts tel le "passage de relais" entre sœur Isabelle et sœur Hélène lors de l'assemblée de la Province de France de l'Assomption. La distance n'a aucun impact sur cette amitié de longue date basée sur le partage d'activités paroissiales à Bondy comme la catéchèse, nos pèlerinages sur les pas de Mère Marie-Eugénie avec les amis et amies des sœurs de l'Assomption. Ces deux jours passés ensemble ont fortifié mon choix d'engagement pour le Royaume et me dynamisent." (Huguette)

"Cette Assemblée de province belle, joyeuse et accueillante m’a beaucoup porté pendant ces 2 jours. Je repars avec cette question : « Quel est le rêve de Dieu sur moi ? »" (Hubert)

" Comment dire en peu de mots la richesse de cette belle réunion de famille. Je retiens plus particulièrement deux aspects. Tout d'abord, la restitution de ce qui se vit dans le(s) groupe(s) scolaire(s) de Manille : l’enthousiasme et l’implication de tous les acteurs, spécialement des élèves. J’ai été touchée par le ressenti exprimé par les participants français qui ont su nous transmettre leur envie de s'inspirer de ce qu'ils (elles) ont partagé sur place pour  transformer leur propre mode de fonctionnement. Ensuite, le passage de relais entre Sœur Isabelle et Sœur Hélène : avec humour, Sr Hélène a revêtu le magnifique tablier rouge que lui a tendu Sr Isabelle : alors, nous savons toutes et tous que Sr Hélène animera avec simplicité et ardeur la Province de France. Merci de ce beau geste." (M.)

" Dans le train OUIGO, la jeune octogénaire que je suis rentre des  56 heures d’Assemblée de la Province de France. Je me sens le cœur gonflé de confiance et de gratitude pour le travail accompli à la Rencontre de  Manille et durant le Chapitre général de Lourdes. Mon voisin, visiblement venu d’ ailleurs, me questionne à la vue du document posé sur le siège qui nous sépare : « Qu’est-ce que  ça veut dire L’Education transformatrice en Assomption ? »  Passionnant échange… Je me fais l’effet d’être la « vieille dame » des livres du Roi Babar de mon enfance. A la descente , il me portera ma valise… Et pourtant, la beauté et la brûlante actualité de la tâche éducative nous permettent de communier. Si les formes peuvent changer, la Mission d’éducation, elle, n’est pas périmée !" (soeur Jacqueline)

 "Une première fois pour moi la participation à un Chapitre provincial. Comme dans une réunion de famille, c'est l'occasion de se donner des nouvelles des uns et des autres, de regarder le dernier album photo, de mieux comprendre la vie ici ou là. C'est avec cette belle simplicité que sœurs et laïcs, ensemble, nous nous sommes risqués aux frontières de nos vies, de nos habitudes et de nos visions... au service d'une Vie encore plus grande, d'une congrégation que je ne cesse encore de découvrir et d'un Amour qui ne dit jamais : "C'est assez !". Les symboles furent signifiants et audacieux, quelque fois même nouveaux, tout neufs, essayés pour la première fois. Un sens de renouvellement et non de recommencement. Un sens de communion et d'humanités, en présence de Sainte Marie-Eugénie." (Anthony)"Un moment très fort de notre assemblée de province

Parmi les liturgies très bien préparées et qui nous ont soudées comme groupe, la Messe de samedi midi fut un temps fort. Une procession d’entrée, avec les photos de toutes les communautés, la Parole de Dieu, et nos deux provinciales, l’ancienne et la nouvelle, comme dit la chanson. La « transmission » d’Isabelle à Hélène, fort bien préparée, avec un envoi d’Isabelle vers la nouvelle mission, et des cadeaux symboliques : la figurine de nos deux mères, la carte fréquence pour sillonner la France et rejoindre les communautés, un tablier à la parole significative, « le chef est au service ». De l’émotion, et beaucoup d’affection, dans l’air, et ensuite un temps convivial d’apéritif, puis de repas, avec la famille d’Hélène, beaucoup de sœurs, les laïcs présents, et ce qui ne gâche rien, un soleil radieux." (Soeur Anne Pierre)

 

 

 

Pèlerinage national de Lourdes 2018

43312884434 0b3949bfaf oLe Pèlerinage national a rassemblé des milliers de pèlerins à Lourdes du 11 au 16 août à l'occasion de la fête de l'Assomption de la Vierge Marie, il est organisé et animé par la famille de l'Assomption,  l'Hospitalité Notre-Dame de Salut  et l'Association Notre-Dame de SalutIl rassemble 10.000 pèlerins, 22 comités régionaux dans toute la France et 800 personnes malades & handicapées.

Venir au Pèlerinage national à Lourdes, c’est :

- Vivre des temps de prière, de service, de rencontre et d'approfondissement de la foi accompagnés par la famille religieuse de l'Assomption.

- Découvrir ou redécouvrir un lieu d'Eglise, Lourdes et son message toujours actuel.

- Faire le choix d'un pèlerinage où chacun a sa place.

- Dès 6 mois et jusqu'à nos frères aînés, le Pèlerinage national offre des programmes adaptés à chacun en accordant une place plus particulière aux familles, aux jeunes et aux plus démunis.

- Participer à des conférences avec des grands témoins de la Foi et rencontrer les rédactions du groupe Bayard.  

43983230462 234586e56b oÀ Lourdes, les merveilles éclatent dans le cœur des pèlerins quels qu'ils soient jeunes ou adultes, bien portants ou malades… avec une forte attente spirituelle.

Depuis la grotte des apparitions, Marie nous parle et nous oriente vers son Fils, comme elle le déclara aux serviteurs des Noces de Cana.
Ecoutons avec attention cette invitation de Marie : « Faites tout ce qu'il vous dira » (Jn 2, 5).
Avec ce 2e mystère lumineux de la prière mariale, nous percevons la délicate confiance d'une mère envers son fils, prélude de tout ce qu'il accomplira durant sa vie publique. Constamment, le sourire de Marie est reflet de l'amour du Christ pour chacun de nous.
La préparation de notre rencontre commune à Lourdes du 11 au 16 août 2018 nous a permis une profonde appropriation de cette injonction mariale.

Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, préside ce 145Pèlerinage national réunissant les petits et les grands, pèlerins et hospitaliers, porteurs de nos limites et de nos espérances. A l'invitation de Marie, allons à la rencontre du Christ.

Lourdes, avec la famille de l'Assomption, ça ne se raconte pas, ça se vit !

Compte rendu sur le site officiel

Vous trouverez ici l'album photo complet

 

Dans l'aube du 15 août

 

Le message au monde entier de soeur Bernadette, 70e miraculée de Lourdes

 

La messe internationale du 15 août (pour nous voir, allez jusqu'à 1h50)

 

La liesse des pèlerins de Côte d'Ivoire

 

 Chapitre général - Lourdes, juillet 2018 

Plus d'informations sur cet événement sur le site dédié

35746866 2007335802619222 8703125208090804224 n

Le 29e Chapitre général des religieuses de l'Assomption s'est déroulé du 20 juin au 20 juillet 2018. Pendant un mois, il a réuni des soeurs de toutes les Provinces de l'Assomption. Son but était de définir les orientations de la Congrégation pendant 6 années. Et aussi d'élire la supérieure générale et son Conseil.

Les thèmes développés avaient été déterminés lors du CGP 2017, à Madrid, qui avait pour tâche de le préparer : Identité Charisme Communion Mission

IMG 9151

 

59 religieuses de l'Assomption et 16 laïcs venant d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Amérique se sont retrouvés dans la bonne humeur, par la grâce d'un temps magnifique.

"Pendant ce Chapitre, nous allons vivre la communion dans nos différences. Cela peut être aidant de nous préparer à accueillir la nouveauté, à oser aller vers les autres, malgré la barrière de la langue. Il est important, pendant ces premiers jours, de prendre le temps de créer des relations interpersonnelles pour une connaissance mutuelle, pour favoriser la marche ensemble et la recherche commune. Le Chapitre est aussi un lieu important de formation et de découverte de la Congrégation ; c’est  un moment favorable pour mettre en valeur les richesses de nos cultures, nous sentir membres du même Corps, affermir l’esprit de famille. Ensemble,  nous allons rechercher le bien commun de ce Corps, et accueillir le projet de Dieu, son désir pour la Congrégation aujourd’hui."

(extrait du discours d'ouverture de soeur Martine Tapsoba, Supérieure générale, le 20 juin)

 Sr Rekha Superieure GeneraleLors de ce Chapitre général, Soeur Reckha a été élue Supérieure générale de la Congrégation

Rekha a vu le jour le 15 décembre 1963 dans un petit village du Kerala, au sein d’une famille de tradition chrétienne profonde. Elle est la deuxième d’une fratrie de 6 : 4 filles et 2 garçons. Deux de ses trois soeurs sont aussi religieuses, et l’un de ses deux frères est prêtre. C’est l’engagement des sœurs de l’Assomption envers les plus pauvres et le travail de promotion sociale qui l’a attirée vers la Congrégation. Quand elle nous a parlé, à la fois de sa famille et de l’Assomption, nous avons senti beaucoup de fraternité et d’affection

 Elle a étudié la théologie à Pune, et plus tard, encouragée par les Jésuites de l’université qui la désiraient comme professeur, elle a été envoyée pour étudier à l’Institut biblique de Rome et a passé son doctorat aux Etats-Unis. Rekha nous a partagé qu’elle était déjà passionnée par la Bible, et en particulier par l’Evangile de Saint Luc, où elle a découvert son Mystère  "Jésus le Rédempteur". Pourtant, elle se spécialisera plus tard dans Saint Jean, l’évangéliste du « Logos » λογος : La Parole gravée en grec dans son anneau de profession perpétuelle. Elle a exercé comme professeur de théologie biblique à l’Université des Jésuites de Pune, jusqu’à ce que la Congrégation lui confie la mission de Provinciale, une tâche qu’elle a accomplie au cours de ces huit dernières années. Cela ne l’a pas empêchée de donner des conférences en Inde et ailleurs dans le monde et d’écrire. Le pape Benoît XVI l’avait appelée en tant qu’expert au Synode de la Nouvelle Evangélisation ; ce fut pour elle une profonde expérience de l’Eglise, nous a-t-elle dit.

 Voici les quatres religieuses de l'Assomption élues pour former le Conseil général pour aider Soeur Reckha dans sa mission Sœur Sandra Elizabeth Durán Pérez, de la Province d’Amérique Centrale-Cuba ; Sœur Isabelle Roux, de la Province de France ; Sœur Marthe Marie Nzabakurama, de la Province du Rwanda-Tchad et Sœur Irene Cecile Torres, de la Province d’Asie du Sud-Est

Conseil General

 « La Supérieure générale est aidée dans le gouvernement et l’animation de la Congrégation par les Conseillères générales qui partagent avec elle la sollicitude de toute la Congrégation. Leur rôle est de conseiller la Supérieure générale dans les décisions que celle-ci doit prendre, en donnant leur consentement ou leur avis, selon les cas. La Supérieure générale et les Conseillères générales élaborent la pensée de la Congrégation à partir de la connaissance qu’elles ont de sa vie, des grands mouvements de l’Eglise universelle, des besoins réels du monde conformément au charisme de la Congrégation et à la Règle de Vie. Elles essaient de vivre dans une recherche du bien général et dans un constant discernement. » Règle de vie 99.

Accès aux albums photos

 DSC 0210

 

Retraite silencieuse - Lourdes, avril 2018

th agnesDu 13 avril au 22 avril, une cinquantaine de soeurs et laïcs étaient réunis dans une retraite silencieuse à Lourdes, à l'écoute de la parole de Dieu. La possibilité étant offerte à chacun de rester 3 à 8 jours. 

Témoignages : "Quelle joie que ces temps de "retrouvailles"... Grande joie pour moi, l'expérience du silence qui permet le retour sur soi, un temps de ressourcement intérieur. Ce fut un silence "habité"... de paroles jaillissantes... 

Un temps pour poser et déposer, se laisser toucher par la parole : celle de soeur Thérèse Agnès, celle des textes et des questions, et celle de cette "brise légère" qui a discrètement mais sûrement accompagné mon temps avec vous, un grand merci à vous toutes !" Anne L.

 Témoignage de soeur Blandine, religieuse à Montpellier, qui a suivi toute la retraite avec nous à Lourdes grâce à Internet, l'ordinateur étant posé devant soeur Thérèse Agnès afin qu'elle suive au mieux ses prises de parole (vous pouvez entrevoir son visage sur l'écran d'ordinateur de la première photo de cet article).

Soeur Blandine"J'ai beaucoup aimé cette retraite. Le premier jour, vues les difficultés techniques, je voulais tout lâcher et le thème proposé pour la journée ne me disait rien du tout, j'ai pris autre chose. Bien m'en a pris d'ailleurs... J'ai aimé et j'ai été touchée. Je retrouvais dans la manière de parler de soeur Thérèse le concret, la souplesse et en même temps la fermeté que j'aime dans saint François de Sales, que j'aime, et qui me touche. Voir le 'prédicateur' de près m'a beaucoup aidée car son visage parlait autant que son discours et avec la même conviction.

Voir les soeurs m'a unie à vous toutes et à la Province, et lorsqu'à plusieurs reprises certaines sont venues me saluer, j'ai été touchée de leur affection. Je n'étais pas seule. De les voir défiler plusieurs à la suite m'a fait penser au défilé à la porte du confessionnal !!!

Entendre et écouter la Parole de Dieu de la part d'une soeur avec laquelle nous avons vécu des événements 'pour le meilleur et pour le pire' m'a fait rendre grâce à Dieu de se servir de nous pour donner Lui : c'est très beau, telles que nous sommes, avec nos forces et nos faiblesses.

20180413 200637La joie est en effet à nos portes et à notre portée si nous voulons bien être attentives à ne pas la laisser passer.

Quant à la technique, quelle merveille elle permet. Là aussi, je rends grâce à Dieu et je souhaite que dans l'avenir, cette chance puisse être donnée à d'autres ; Catherine Myriam venait jeter un coup d'oeil quand elle le pouvait et déjà nous parlons d'entrer en contact ainsi pour l'Assemblée proche.

Merci pour les Nouvelles lues et regardées d'un bout à l'autre. Prions les uns pour les autres."

retraite lourdes 2018« Voyons si Dieu est notre centre, s’il est le premier principe de nos actes, la fin, le but de nos pensées, de notre vie toute entière. » Ste Marie-Eugénie

"Voici le petit papier que j’ai tiré de la corbeille prévu à cet effet dans la chapelle du Centre Assomption durant le premier jour de ma retraite de 8 jours avec les religieuses de l’Assomption. Cela annonçait bien pour moi la couleur de ce temps de retraite consacrée à 'la joie'.

Aidée chaque jour par les enseignements de Sr Thérèse-Agnès, j’ai parcouru ces jours en essayant au quotidien de placer Dieu en premier. Cela a été parfois un combat, entre les coups de fatigue, les tentations de passer du temps à pianoter sur l’ordinateur et les petits dialogues avec mon mari resté bénévole dans la maison, mais dans l’ensemble, j’ai rarement vécu une retraite aussi intensément.

Les enseignements chaque matin de Sr Thèrese-Agnès, si limpides, essentiels, joyeux et profonds m’ont stimulée, éveillée. (Aurélie A.D.)

« Tout quitter, tout perdre pour la gloire de Dieu, aller avec joie là où il lui plaît de nous employer, mais sans contrainte du cœur, avec la joyeuse liberté des enfants de Dieu. » Sr Marie-Eugénie

 

DSC 0210

 

Rencontre sur le thème de l'internationalité à l'Assomption - Lyon, mars 2018

30425019 1854817397891476 5937373070843706959 oLe samedi 3 mars 2018, au centre spirituel En-Guédi de Lyon, une belle rencontre a eu lieu sur le thème de l'internationalité à l'Assomption. Soeur Isabelle, responsable de la Province de France, était présente et a débuté la conférence en développant la notion d'internationalité comme fondation de la Congrégation. Diane Martinez, récemment revenue d'une année au Guatemala en tant qu'AMA et jeune professeure d'espagnol, nous a fait part de son expérience. Enfin, Richard Grille, directeur du lycée Assomption-Bellevue à Lyon, lui a succédé par la démonstration des diverses initiatives orientées vers les échanges et le développement de la conscience des jeunes par le contact avec d'autres cultures.  

 L'internationalité est une réalité des premiers pas de l'Assomption. Sainte Marie Eugénie parlait français et allemand, ses racines familiales mêlant Belgique, Italie et Luxembourg. La toute première communauté, de 1839 à 1849, présentait déjà diverses nationalités. Si soeur Thérèse Emmanuel (Kate O'Neill) était irlandaise, il y eu aussi des jeunes filles venant d'Angleterre, d'Allemagne, de Pologne, de Russie et de Guadeloupe. Avec le développement de l'Assomption, les premières missionnaires partirent rapidement s'établir hors de France pour implanter le charisme de l'Assomption un peu partout dans le monde. Cette carte montre ce qu'il en est aujourd'hui.

 "L'Assomption est locale. Elle prend la couleur du lieu où elle se trouve." Diane a pu le constater en voyant la croix côtoyer une réplique de temple maya lors d'une cérémonie guatémaltèque. Si les premiers temps ont vu les soeurs essayer de développer hors de France ce qui était propre à leur culture, la réalité, belle et bien vivante, les a vite dépassées. Le charisme a pu prendre le visage qui lui était le plus naturel à divers endroits du monde pour que la grande famille de l'Assomption vibre de ses diverses personnalités et cultures. Un portrait de Marie Eugénie sur un autel couvert de tissus africains, chaque peuple exprime sa foi avec son histoire, sa force. Danses et chants, coutumes et langues, la chaleur et la spontanéité ont dessiné de douces différences au contact de l'Assomption des origines. Et la vérité est bien là, car le propre de l'Assomption est de respecter la liberté de chacun, l'accompagner en son coeur en accueillant tout ce qui le constitue, vers le meilleur de lui-même.  

Aussi, l'éducation donnée aux jeunes participe de cet élan : ouvrir l'esprit à la solidarité, au respect de l'autre, au partage. Inciter à prendre sa place dans le monde dans des interactions qui profitent à tous. Prendre le risque de s'investir dans un projet et aller à la rencontre de l'autre et de ses propres possibles pour contribuer à un monde meilleur. 

L'enseignement de l'Assomption accompagne alors à avancer le coeur et les yeux grands ouverts, aller vers l'autre tout en écoutant, accueillant la différence, être conscient des idées reçues que l'on peut entretenir malgré soi, sentir ce qu'est la réalité de la vie sur terre, avec sa palette infinie de nuances que quelques rencontres laissent entrevoir. L'humilité y trouve son terreau. Se sentir étranger face à l'autre, soudain démuni, puiser en soi pour trouver les passerelles qu'on ne serait pas allé chercher au sein de la culture dans laquelle on a grandi, voilà qui fait se sentir vivant et ouvre la porte à toutes les richesses du partage. L'expérience est un complément inestimable à un enseignement qui se fait alors accompagnateur, guide discret à l'écoute de la prise de conscience d'un enfant qui devient acteur de sa propre éducation, dans son propre mouvement de l'âme.

 

DSC 0210

 

Congrès international sur l'éducation transformatrice - Manille, mars 2018

20180303 ra rieducation soiree 02 f3482Du 1er au 10 mars 2018, s'est déroulé à Manille, aux Philippines, un congrès international sur l'Education transformatrice rassemblant les représentants de tous les pays où les religieuses de l'Assomption sont présentes. Le charisme se déploie différemment selon les cultures, les sociétés et les besoins de notre temps.

L'introduction de cette deuxième rencontre internationale, 20 ans après la première, en juillet 1998 à Auteuil, a été faite par soeur Martine, notre supérieure générale. Elle nous a rappelé l'urgence de cette oeuvre d'éducation, qui est oeuvre de foi, oeuvre d'amour, et oeuvre d'espérance, ainsi que l'importance de la patience dans ces chemins d'éducation dans lesquels nous sommes conduits, guidés, accompagnés par le Christ.

"Notre désir sera toujours d'ajuster la pertinence du charisme aux situations nouvelles de nos sociétés."

 Voir le panneau préparé par les communautés et affiché à Manille pour présenter la Province de France : partie 1partie 2partie 3partie 4

"Nous voilà déjà au 8ème jour... Les premiers ont été consacrés à un 'retour aux sources' et nous ont permis de ne pas toujours rester assis puisque nous avons eu la chance de marcher samedi, sur les pas des premières sœurs arrivées aux Philippines. Comme elles, nous sommes entrés deux par deux dans la cathédrale au son de l'orgue qui jouait pour nous: vous devinez notre émotion! Ce pèlerinage nous a menés jusqu'à l'évêché où elles avaient été accueillies, puis sur le lieu de la 1re maison. Nous avons ensuite continué la route jusqu'à Antipolo, 3e lieu pour ces mêmes sœurs. Accueil aussi extraordinaire qu'à San Lorenzo avec un spectacle splendide donné par les élèves pour rendre grâce de toutes ces années de l'Assomption en Asie. Dimanche matin, s'est officiellement ouverte l'exposition où les différentes Provinces présentaient l'éducation transformatrice telle qu'elle a été vécue depuis les 20 dernières années. A partir de là, nous avons essayé de dégager aspects communs et nouveautés à travers des temps d'intériorisation, d'échanges et des ateliers. Mardi, nous avons été invités à un temps d'immersion. Le groupe a donc été divisé en trois: l'école de San Simon, l'école de Malibay et la communauté de Cavite. Des réalités tellement différentes de celles que nous avions jusqu'alors connues à San Lorenzo et Antipolo... Beaucoup d'émotions encore pendant cette journée!

Hier, journée d'intégration pour laisser descendre tout le vécu et prendre conscience des défis de notre société. Depuis ce matin, nous essayons de recueillir les appels pour aujourd'hui à partir de tous les exposés et travaux de groupe." (Marie-Yvonne et Soeur Marie-Cécile, pour l'équipe)

DSC 0210
 

Rencontre sur le thème de l'éducation à l'Assomption - Lyon, janvier 2018 

DSC 0010Le samedi 27 janvier 2018 s'est tenue à Lyon une conférence sur l'esprit de l'Education à l'Assomption. Soeur Catherine-Marie et soeur Marie-Geneviève ont d'abord présenté les fondations de celle-ci en étudiant la pensée et l'action de sainte Marie-Eugénie à ce propos pour s'adapter aux besoins de son temps, de façon visionnaire et moderne, comme nous allons l'aborder plus loin. La deuxième partie fut dédiée à la présentation du réseau d'établissements scolaires, par Richard Grille, directeur du Lycée Assomption Bellevue à Lyon, et Michel Bonnefoy, enseignant au Pôle Supérieur Bellevue inséré dans le quartier de Gerland.

"On sent qu'on est à l'Assomption ici...", cette phrase a été beaucoup entendue par M. Grille, ce que soeur Myriam, ayant accompagné des enfants lors de ses différentes missions au long cours en Inde, au Danemark ou en Israël, peut confirmer : "Il y a un esprit, une façon de traiter les jeunes, de croire en eux." Une façon d'éduquer dont le principe s'est harmonisé avec chaque pays où l'Assomption s'est implantée, de la même manière qu'avec chaque jeune : on ne coupe pas les ailes du papillon, on l'aide à diriger son vol, on le guide. Tout en respectant sa nature même, ce qui fait qu'il est un être unique, un des innombrables visages de Dieu. Un être, un pays, l'Esprit touche les hommes individuellement et collectivement. Pour arriver à un tel résultat, il faut se pencher sur la question de l'Incarnation.

DSC 0013Dieu s'exprime à travers chacun de nous, Jésus-Christ a laissé un précieux enseignement afin que nous suivions son exemple. Pour que la bienveillance, la lumière de Dieu rayonne en nous et nourrisse nos frères, il nous faut nous reposer en lui avec confiance, et être conscient de notre impact sur le monde. 

Chaque être est éducable, l'éducation est essentielle pour laisser exprimer le meilleur de notre nature divine, cachée sous le boisseau de notre réactivité face aux difficultés du quotidien qui peuvent nous enfermer dans une pensée rigide teintée de peur, d'égoïsme et de jugement. Sainte Marie Eugénie voulait prendre soin de Dieu dans chaque enfant, le laisser être tel qu'il était destiné à se manifester dans cette incarnation tout en s'adressant à l'esprit, bien humain, qu'il fallait sensibiliser à sa responsabilité d'être. De sorte que chaque futur adulte puisse endosser la mission pour laquelle il s'est incarné, petite ou grande, que cela soit un engagement social ou un simple art de vivre, humble et éveillé, au service de ceux qui l'entourent. 

"Si Dieu a toujours eu en si grand honneur l'existence de l'homme, quelle importance ne devons-nous pas attacher à notre existence, et à chacun de ses instants." (Marie-Eugénie, 28 décembre 1879, lors du chapitre "L'importance de la vie")

Grille BonnefoyL'éducation à l'Assomption résonne de cet appel du coeur lancé au XIXe siècle et mis en pratique par les premières religieuses de l'Assomption. Cette écoute bienveillante visant à ne pas perdre de vue le meilleur en chaque être et l'encourager tout en le responsabilisant avec compréhension, est à la base du charisme porté par les enseignants d'aujourd'hui, partout dans le monde. Un enseignement du coeur, de l'esprit et de l'âme, comptant sur la coopération du jeune, qui n'est pas une outre à remplir, mais un être conscient et capable de donner le meilleur de lui-même s'il se sent aimé et respecté pour ce qu'il est, dans sa différence. Car nous sommes tous différents, avec plus ou moins de difficultés, certes, à assumer notre singularité et à nous adapter au monde et ce qu'il comporte d'épreuves.

Prendre conscience de notre environnement, de notre façon d'être, demande du temps et se fait au fil des années. Une éducation bienveillante constitue le meilleur terreau pour développer cette intelligence de la vie et laisser exprimer sans effort cette grâce de Dieu qui nous est donnée à tous. Comprendre l'impact de ses paroles, de ses actes, des pensées que l'on choisit d'entretenir, comprendre que la facilité nous lie plus qu'elle nous libère. Que notre autonomie est le meilleur facteur d'épanouissement dans une société qui nous divertit et nous assujettit dans un même mouvement plutôt qu'elle ne nous incite à "être ce que l'on est avec le plus de plénitude possible"  (Marie-Eugénie)

Sainte Marie Eugénie a été précurseur des courants de pensées récents de notre temps quant à l'éducation. Bien avant Françoise Dolto ou Maria Montessori et l'éducation positive. Son esprit, curieux de son époque et vivement impliqué à son amélioration, s'est pleinement laissé inspirer par le Christ. Aujourd'hui, les établissements scolaires de l'Assomption témoignent de ce supplément d'âme, voient les jeunes piloter des projets, laisser exprimer un caractère trempé sous le regard d'enseignants dédiés à l'émergence en chacun de ces enfants de l'évidence de ce qui sera sa voie, naturellement. 

"Il y a une grande liberté d'esprit à l'Assomption, la liberté essentielle à la personne, c'est avoir la capacité de disposer de soi et de se réaliser ; c'est la possibilité de construire sa propre destinée." (Texte de référence, page 45)

Voici une vidéo illustrant le Projet Apostolique et Education de l'Assomption

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Nos racines, un tremplin vers l'avenir"

 Lyon, mars 2018

Les 16 et 17 mars 2018 a eu lieu à Lyon-Valpré le forum annuel de l'Assomption intitulé "Nos racines, un tremplin vers l'avenir". Deux jours de créativité réunissant 180 délégués de tous les établissements d'Assomption France !

Voici l'article écrit par les jeunes du CNL (Conseil National des Lycéens des établissements Assomption France et Belgique)

IMG 2291 2"Retour à Valpré cette année ! C'est juste à côté de Lyon que soeurs et laïcs de l'Assomption se sont retrouvés pour présenter les projets des établissements du réseau. En moins grand nombre que pour le forum du bicentenaire il y a un an, les participants firent toutefois preuve d'un bel engouement qui a fait toute la réussite de cette rencontre. Avec le partage des valeurs communes ancrées au plus profond de chacun et les qualités individuelles de tous, c'est vers les établissements de demain que l'on a oeuvré. 

Avant même le début du forum, les CNLiens se réunissent et, secrètement, une dernière fois avant le lancement officiel de la rencontre... ils répètent.

Lorsque enfin tout démarre, court discours sur le thème "Nos racines, un tremplin vers l'avenir", puis on invite nos chers CNLiens à venir jouer leur pièce de théâtre.

Explorant le sujet avec ingéniosité, humour, non sans une pointe d'amertume venant toucher le coeur de tout un chacun, la pièce provoqua chez le public une ovation unanime.

IMG 2266Au cours de ce forum, les rencontres avec les acteurs de tous les établissements rythmaient les découvertes d'initiatives solidaires ou écologiques. 

Activité de partage où chacun peut apporter sa graine, tous les assomptionnistes se sont ensuite répartis en petits groupes pour définir tout ce qui se cache derrière "les racines" et les "tremplins vers l'avenir". Donnant ainsi naissance à toutes sortes de belles réflexions.

On retiendra aussi les conférences dispensées sur la créativité et l'innovation : intelligence collective, la confiance qui doit régner pour que celle-ci révèle son plein potentiel... autant de sujets qui ont été décortiqués par des personnes d'expérience.

La première journée du forum s'acheva dans l'euphorie générale avec un spectacle de Guignol et, surprise ! discours et chansons en l'honneur de soeur Véronique qui laisse la tutelle du réseau Assomption après des années de loyaux services.

Le lendemain, Assemblée générale Assomption France, retour sur les activités de la veille, célébration de l'Eucharistie et regroupement des membres de chaque établissement : ils vous réservent de la nouveauté pour les mois à venir !"

Témoignages :
 
"Ce que j'ai préféré est la pièce des jeunes du CNL : le forum est avec des jeunes et nous ne nous contentons pas de réfléchir sur ou pour eux, humour, finesse, bonne humeur. 
J'ai apprécié les rencontres, les échanges avec les uns et les autres."
 Soeur Catherine M.

"Des moments forts de partage, une envie commune d'élever l'élève, le jeune. Une envie de vivre avec son temps. "

Céline de Saint-Dizier

Le montage vidéo a également été réalisé par les jeunes.

Lien Facebook CNL Assomption

 

DSC 0210

 

"Visages, chemins de fraternité"

 Paris, mars 2017

Le week-end des 25 et 26 mars, Assomption-Ensemble a organisé un Forum, intitulé "Visages, chemins de fraternité", en l'honneur du bicentenaire des fondatrices de la Congrégation, sainte Marie Eugénie et mère Thérèse Emmanuel. 

La matinée du samedi fut consacrée à des conférences. La première étant une exploration du thème de ce rassemblement présentée par le CNL, dont nous rapporterons ici le plus beau passage :

"La fraternité est un don de Dieu. Elle est en même temps à construire. Elle est déjà là malgré les apparences mais elle a besoin d'être acceptée, accueillie. A nous d'oeuvrer, c'est toute la chance et la beauté de la liberté."

 Accueillir l'autre, son histoire, pour mieux avancer sur le chemin. Des extraits du film "Human", de Yann-Arthus Bertrand sont venus illustrer le propos avec une profonde éloquence. Des visages, des sentiments d'hommes et de femmes de tous âges et partout dans le monde. Des messages d'amour et d'espoir, malgré des parcours douloureux. Une invitation à vivre au présent et à le reconnaître comme une puissante nécessité. 

Une vidéo réalisée par les jeunes du CNL vint clore le propos, mettant en images leur vision de la bienveillance et du partage et la manière dont ils la vivent au quotidien pour rendre le monde meilleur.

Therese Maylis et VeroniqueSoeur Thérèse Maylis Toujouse et soeur Véronique Thiébaut ont ensuite présenté de façon captivante l'histoire de sainte Marie Eugénie et mère Thérèse Emmanuel. Comment deux jeunes filles en quête de sens, choisissant la liberté comme principe premier, se sont appuyées sur l'amour de Dieu pour avancer. 

La métaphore de l'arbre est venue appuyer leur discours, invitant l'assistance à interroger ses propres racines, ses propres souvenirs pour comprendre ce qui a mû ces deux femmes à mieux se rencontrer malgré leurs différences. Comment se fonde le véritable ancrage spirituel qui nourrit l'être à travers les épreuves de la vie.

"Il est difficile de comprendre l'autre, qui nous échappe. Alors regarder dans la même direction, sortir de nous-mêmes pour regarder ailleurs. Le passage de l'égoïsme au dévouement est une vraie question."

Arbre racines Forum 2Les deux femmes dédiaient leur être à Jésus-Christ, ce qui leur a permis de sortir de leur réserve l'une envers l'autre, de se concentrer sur ce qui les unissait plutôt que sur ce qui les séparait. Leurs personnalités étaient si différentes, et pourtant parfaitement complémentaires.

De l'amitié à la fraternité, de la vertu de la franchise dont elles ne manquaient pas l'une pour l'autre. Honnêteté, droiture, car "une amitié solide ne se construit pas sur une idéalisation de l'autre".

"La fraternité est la capacité à voir ce qui est beau et bon en l'autre, le lui dire et s'en réjouir." Et ce et surtout s'il s'agit d'une relation rugueuse comme la leur à ses débuts. Revenant à l'arbre, les intervenantes désignèrent le tronc et enjoignirent chacun à s'interroger sur ses relations les plus marquantes, aussi rugueuses fussent-elles, qui ont donné du sens à sa vie.

MMEThereseETout est de Jésus-Christ, à Jésus-Christ et pour Jésus-Christ. Voilà l'esprit qui a mû Marie Eugénie dans l'établissement des fondements de l'Assomption. Aider chacune des soeurs à être qui elle est pleinement, avec ses différences, en toute liberté. Que l'attention portée à chacune soit destinée à éveiller et cultiver le vrai et le beau qu'elles portent en elles. Et que ce regard empli d'amour et de bienveillance soit une guidance dans l'éducation des jeunes filles dont elles auraient la responsabilité. Une attention portée sur le divin tel qu'il se manifeste naturellement. L'encourager là où il se trouve dans la nature de chacune, ne pas brimer ce qui est ni le pousser hors de soi vers un idéal inaccessible qui pourrait générer la frustration et les mauvais penchants de l'âme. 

La beauté de Dieu repose dans la variété des êtres. Et ce regard qui aime, qui encourage, reconnaît la capacité de chacun à s'élever par lui-même par-delà ses faiblesses et le manque de confiance en ses capacités. L'éducation à l'Assomption répond de cette coopération. Celui qui reçoit l'aide doit venir à la rencontre de la main qui se tend vers lui, faire les efforts nécessaires pour mieux se connaître lui-même, et porter à son tour ce regard d'amour et de bienveillance sur sa propre personne, et toute forme de vie.

arbre branchesLa phrase de sainte Marie Eugénie, "le monde est trop petit pour mon amour", prend alors tout son sens. Car le monde est reflet de cet amour en puissance qui ne peut que croître au fil des ans, des rencontres. Le zèle, le souffle, le buisson ardent. Voilà l'esprit de l'Assomption, à l'image de l'oeuvre et de la foi de ces deux femmes qui ont tout donné d'elles-mêmes à Jésus-Christ.  

Quant aux branches de notre arbre de vie, que portent-elles ? Comment mieux être lucide sur notre chemin, faire preuve de gratitude envers nos réussites et d'honnêteté sur nos propres manquements ?

 

 L'après-midi du samedi fut consacré à un pèlerinage sur les pas de Marie Eugénie dont les étapes furent les tombeaux de Marie Eugénie et Thérèse Emmanuel, la cathédrale Notre-Dame de Paris, l'église Saint-Eustache, l'église Saint-Sulpice, les rues Férou et Vaugirard et la chapelle d'Auteuil. Vous trouverez ici une vidéo de la soirée musicale.

CelebrationLes ateliers organisés dans la matinée du dimanche ont encouragé l'introspection. Se poser ensemble, en petits groupes, et échanger. Une belle atmosphère intime et de confiance pour de touchantes prises de conscience. Chacun des groupes a inscrit la phrase résumant la discussion de son atelier sur un carton qui, réuni aux autres au moment de la Célébration Eucharistique qui s'ensuivit, formait une barque, symbole de l'Assomption ensemble. Lors de cette assemblée, à la fin de la prière eucharistique, trois personnes ont élevé lumières et encens, geste d'offrande à la manière indienne.

 

 

Un repas fraternel fut ensuite partagé pour célébrer ensemble l'anniversaire de sainte Marie Eugénie et de mère Thérèse Emmanuel. Beaucoup conservent le sourire de ces moments passés ensemble et des belles rencontres qui ont contribué à mieux avancer sur le chemin.

Vous trouverez ici l'article paru sur le site Assumpta.org.

Tous droits réservés 2013 © Les Religieuses de l'Assomption - Province de France | Webmaster |Mentions Légales | Carte du site