Index de l'article

L'expérience en Afrique de soeur Anne-Bernard

sr Anne BernardSoeur Anne-Bernard a passé 45 années dans différentes communautés de l'Assomption en Afrique de l'Ouest et Afrique centrale. Pour elle, la solidarité est un "idéal d'incarnation". Etre "envoyée par Jésus-Christ dans un peuple qui n'est pas le mien mais qui est devenu le mien". Son quotidien lui a permis d'expérimenter cette phrase de l'Evangile : "Mangez ce que l'on vous donnera". On se laisse nourrir par ce que nous apporte l'instant présent après avoir dépassé la barrière du questionnement et des préjugés qui nous écartent des autres. Le coeur grand ouvert face à des manières d'agir et penser qui diffèrent des nôtres, "on peut comprendre, saisir beaucoup de réactions". Le rapport au deuil est un aspect qui l'a profondément marquée. Quand dans nos cultures européennes nous serrons les personnes éplorées dans nos bras, nous leur parlons, il s'agissait là-bas d'accompagner en silence. D'essuyer les larmes en passant symboliquement la main sur leur visage, comme une caresse. De les laisser danser, et pleurer.

Parmi ses missions lors de ce presque demi-siècle en terres africaines, soeur Anne-Bernard s'est occupée des jeunes en échec scolaire. La solidarité était alors de "redonner confiance à ces jeunes, confiance en leurs dons", afin qu'ils puissent abattre les murs les empêchant de trouver leur place dans la société, dans leur vie. Touchée, elle se souvient d'une jeune fille de 16 ans atteinte de poliomyélite, qui ne pouvait marcher et voyait ses perspectives d'avenir terriblement réduites. Avec les soeurs, qui l'ont conduite à l'opération et à la rééducation jusqu'à ce qu'elle puisse se servir de ses béquilles, elle et sa famille ont pu prendre conscience des possibles auxquels ils s'étaient fermés par la fatalité de cette maladie. Quelques années plus tard, devenue mère, la jeune femme menait sa vie, s'était construite. 

De retour en France en 2009, soeur Anne-Bernard a continué son action. Aide scolaire, accompagnement des migrants, cours d'alphabétisation. "Etre au plus près des personnes pour les aider là où elles en sont." Elle considère qu'"oeuvrer pour la justice entre les peuples passe par un engagement concret". Un engagement qui va évoluer au fil du temps et de nos expériences, qui va gagner en nuances car nos jugements se modifient et nous portent autrement. "S'adapter au monde tel qu'il est. Rester soi-même en entrant dans la culture de l'autre, dans le sens profond de ce qui est vécu pour le comprendre sans le juger."

 

Tous droits réservés 2013 © Les Religieuses de l'Assomption - Province de France | Webmaster |Mentions Légales | Carte du site