Index de l'article

DSC 0093 L'éducation à l'Assomption

"On sent qu'on est à l'Assomption ici...", cette phrase a été beaucoup entendue par M. Richard Grille, directeur du lycée Assomption Bellevue, à Lyon. Soeur Myriam, ayant accompagné des enfants lors de ses différentes missions au long cours en Inde, au Danemark ou en Israël, peut confirmer : "Il y a un esprit, une façon de traiter les jeunes, de croire en eux."

Une façon d'éduquer dont le principe s'est harmonisé avec chaque pays où l'Assomption s'est implantée, de la même manière qu'avec chaque jeune : on ne coupe pas les ailes du papillon, on l'aide à diriger son vol, on le guide. Tout en respectant sa nature même, ce qui fait qu'il est un être unique, un des innombrables visages de Dieu. Un être, un pays, l'Esprit touche les hommes individuellement et collectivement. Pour arriver à un tel résultat, il faut se pencher sur la question de l'Incarnation.

Dieu s'exprime à travers chacun de nous, Jésus-Christ a laissé un précieux enseignement afin que nous suivions son exemple. Pour que la bienveillance, la lumière de Dieu rayonne en nous et nourrisse nos frères, il nous faut nous reposer en lui avec confiance, et être conscient de notre impact sur le monde. 

 DSCN1573Chaque être est éducable, l'éducation est essentielle pour laisser exprimer le meilleur de notre nature divine, cachée sous le boisseau de notre réactivité face aux difficultés du quotidien qui peuvent nous enfermer dans une pensée rigide teintée de peur, d'égoïsme et de jugement. Sainte Marie Eugénie voulait prendre soin de Dieu dans chaque enfant, le laisser être tel qu'il était destiné à se manifester dans cette incarnation tout en s'adressant à l'esprit, bien humain, qu'il fallait sensibiliser à sa responsabilité d'être. De sorte que chaque futur adulte puisse endosser la mission pour laquelle il s'est incarné, petite ou grande, que cela soit un engagement social ou un simple art de vivre, humble et éveillé, au service de ceux qui l'entourent. 

"Si Dieu a toujours eu en si grand honneur l'existence de l'homme, quelle importance ne devons-nous pas attacher à notre existence, et à chacun de ses instants." (Marie-Eugénie, 28 décembre 1879, lors du chapitre "L'importance de la vie")

L'éducation à l'Assomption résonne de cet appel du coeur lancé au XIXe siècle et mis en pratique par les premières religieuses de l'Assomption. Cette écoute bienveillante visant à ne pas perdre de vue le meilleur en chaque être et l'encourager tout en le responsabilisant avec compréhension, est à la base du charisme porté par les enseignants d'aujourd'hui, partout dans le monde. Un enseignement du coeur, de l'esprit et de l'âme, comptant sur la coopération du jeune, qui n'est pas une outre à remplir, mais un être conscient et capable de donner le meilleur de lui-même s'il se sent aimé et respecté pour ce qu'il est, dans sa différence. Car nous sommes tous différents, avec plus ou moins de difficultés, certes, à assumer notre singularité et à nous adapter au monde et ce qu'il comporte d'épreuves.

 DSC 0383Prendre conscience de notre environnement, de notre façon d'être, demande du temps et se fait au fil des années. Une éducation bienveillante constitue le meilleur terreau pour développer cette intelligence de la vie et laisser exprimer sans effort cette grâce de Dieu qui nous est donnée à tous. Comprendre l'impact de ses paroles, de ses actes, des pensées que l'on choisit d'entretenir, comprendre que la facilité nous lie plus qu'elle nous libère. Que notre autonomie est le meilleur facteur d'épanouissement dans une société qui nous divertit et nous assujettit dans un même mouvement plutôt qu'elle ne nous incite à "être ce que l'on est avec le plus de plénitude possible" (sainte Marie-Eugénie)...

Sainte Marie Eugénie a été précurseur des courants de pensées récents de notre temps quant à l'éducation. Bien avant Françoise Dolto ou Maria Montessori et l'éducation positive. Son esprit, curieux de son époque et vivement impliqué à son amélioration, s'est pleinement laissé inspirer par le Christ. Aujourd'hui, les établissements scolaires de l'Assomption témoignent de ce supplément d'âme, voient les jeunes piloter des projets, laisser exprimer un caractère trempé sous le regard d'enseignants dédiés à l'émergence en chacun de ces enfants de l'évidence de ce qui sera sa voie, naturellement. 

"Il y a une grande liberté d'esprit à l'Assomption, la liberté essentielle à la personne, c'est avoir la capacité de disposer de soi et de se réaliser ; c'est la possibilité de construire sa propre destinée." (Texte de référence, page 45) 

 

 

 

Consultez les textes de référence


 

Un réseau d'établissements scolaires

L'Assomption France est un réseau qui comporte 15 établissements scolaires en France.  Les structures se distinguent par leur taille, de 250 à 1900 élèves, et par le milieu social dans lequel elles sont implantées.

L'ouverture à la différence et le désir de s'ouvrir à des réalités nouvelles sont toujours de mise dans un établissement de l'Assomption. De Cannes, dans le Sud, à Saint-Dizier, dans l'Est, ces établissements présentent un pannel de caractéristiques riches et s'enrichissent par leurs différences. De la Maternelle à l'Enseignement Supérieur, de la filière professionnelle à la filière générale, les élèves, eux aussi, présentent des profils variés avec les talents qui accompagnent leur projet de formation.

Découvrez les actualités des établissements scolaires du réseau Assomption-France.

CARTE DE FRANCE 2 2019

Cliquer sur le nom de l'établissement pour accéder à son site Internet 

FresqueBONDY

12 avenue de Verdun
93140 BONDY

Téléphone : 01.48.49.51.74

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

1404806 433988850074311 5257152791563385123 o 2BORDEAUX

370 B du Président Wilson 
                                    33000 BORDEAUX

Téléphone : 05. 56. 48. 77. 77

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

cannesCANNES

24 bd d'Oxford
06400 CANNES

Téléphone : 04.93.68.40.52

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

CHAMBERY

2 rue Bourdin
73025 CHAMBERY CEDEX 

Téléphone : 04.79.33.12.55
 
Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

ForgesFORGES

4 place de la Mairie 
77130 FORGES 

Téléphone : 01. 64. 70. 54. 64

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

cogolinCOGOLIN - STE-MAXIME

702 route des Mines
83310 Cogolin

Téléphone : 04.94.54.03.03

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

saint dizierSAINT-DIZIER

46 rue François 1er
52100 SAINT DIZIER
 

Téléphone 03.25.05.14.77

Envoyer un e-mail

 

ST GERVAIS - COMBLOUX

combloux125 route du Lycée 
74920 COMBLOUX

Téléphone : 04.50.58.61.93

Blog du lycée

Saint-Gervais

CNC St Gervais nov 2014385 avenue du Mont d'Arbois
74170 SAINT-GERVAIS-LES-BAINS

Téléphone : 04.50.93.51.21

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

mongre villefrancheMONGRE VILLEFRANCHE-SUR-SAONE

276 avenue Saint-Exupéry
BP 30416
69652 VILLEFRANCHE-SUR-SAONE CEDEX

Téléphone : 04.74.65.24.13

Pour envoyer un e-mail, voir le formulaire de contact tout en bas de cette page

 

Lyon bellevueLYON BELLEVUE - NOTRE DAME

39 quai Jean-Jacques Rousseau
69350 LA MULATIERE 

Téléphone : 04.72.66.30.80

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

lyonLYON ST JOSEPH

327 rue Garibaldi
69363 LYON CEDEX 07

Téléphone : 04.78.72.21.72

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

montpellier2MONTPELLIER

24 rue du Carré du Roi, CS 19017
34967 MONTPELLIER CEDEX 2 

Téléphone : 04.67.63.14.35

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

orleans logo eleves 10 03 2017 3ORLEANS

20 rue Saint Marc
45000 ORLEANS

Téléphone 02.38.24.02.70

 Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

DSC 0084PARIS

6 rue de Lübeck
75016 PARIS

Téléphone : 01.47.20.91.83

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

pessac2PESSAC

1 place des Droits de l'Homme et du Citoyen
33600 PESSAC
 

Téléphone : 05.56.45.04.50

Envoyer un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Le Projet Apostolique et Éducatif de l'Assomption

Il se décline en 10 points. Chaque communauté éducative s'en inspire et le fait vivre... Ce projet a été actualisé en mars 2012. 

Aimer son temps

- Vivre son présent avec confiance, assumer son histoire et croire qu’un avenir est toujours possible. 
- Accueillir notre époque avec toute sa nouveauté, dans la vigilance et l’espérance.
- Communiquer plus largement et collaborer en utilisant le numérique avec pertinence.
- S’émerveiller de la création et être porteur de joie ; éveiller la curiosité et le souci des questions actuelles.

Voir large

- Dépasser les apparences par un regard en profondeur, capable de percevoir les différentes cultures comme une richesse. 
- Favoriser la relecture des expériences pour permettre l’innovation, libérer la créativité, sans méfiance ni nostalgie.
- Acquérir une vision planétaire, s’ouvrir aux réalités internationales, saisir les opportunités du réseau Assomption. 
- Promouvoir une spiritualité large ; œuvrer à une pastorale qui engendre la joie, la bienveillance et le partage pour faire advenir le temps de Dieu.

educ 5Agrandir l’intelligence

- Susciter le désir et la recherche du sens en privilégiant une attitude d’esprit qui conduit à réfléchir au « pourquoi » plus qu’au « comment »
- Permettre à chacun, quel qu’il soit, de donner le meilleur de lui-même et d’élargir son intelligence en coordonnant toutes les choses apprises. 
- Donner à chacun la possibilité de développer sa propre intériorité, de prendre le temps du recul afin de ne pas s’enfermer dans l’agir
- Éduquer le regard à reconnaître le Vrai, le Beau, le Bien, à la lumière de l’Évangile.

Œuvrer à la transformation de la société

- Développer, par l’immersion dans la réalité et la confrontation avec elle, une nouvelle manière de voir qui conduit à une nouvelle manière d’agir, dans l’intérêt de l’Homme et de la planète.
- Aider chaque personne à disposer de soi et à construire sa propre destinée, à s'épanouir en se mettant au service de la transformation de la société.
- Éveiller les consciences, former à l’esprit critique et valoriser l’engagement collectif pour former une société plus juste, plus humaine, plus solidaire.

Travailler à l’avènement de la justice

- Promouvoir une société de respect, inspirée par l’Évangile : éduquer à l’économie solidaire, à la non-violence et à la paix. 
- Dénoncer et combattre les situations injustes par notre vie, nos paroles, nos actions. 
- Œuvrer avec ceux qui travaillent à changer les structures d’injustice.

Avoir une action tranchée contre les pauvretés

- Aller à la rencontre des plus pauvres, partager nos talents et nos richesses respectives, pour changer le monde selon le projet de Dieu.
- Relativiser dans sa propre vie l’importance de l’avoir et du confort. 
- Regarder avec bienveillance les personnes en manque affectif, matériel et spirituel ; promouvoir l’action solidaire face à ces besoins. 
- Affirmer l’égale dignité des personnes, quelles que soient les situations et les fonctions, dans un « esprit de famille ».

21122624 10154661214611277 8378113487002964326 oAgir avec audace et humilité

- Développer le sens de l’audace, la capacité à prendre et à assumer des risques : oser créer.
- Permettre au jeune d’être acteur de son éducation en encourageant l’estime de soi pour l’inciter à entreprendre avec patience et sens du réel.
- Apprendre à rester libre devant les succès, les échecs, les conseils et les critiques et s’efforcer d’en tirer profit. Accepter la vérité des épreuves et des faits. Savoir se remettre en question pour accueillir une réalité plus vaste et plus complexe.

Chercher toujours la formation intégrale de la personne et de la communauté

- Former l’Homme dans toutes ses dimensions – corps, cœur, intelligence – dans une relation juste à l’autre, en favorisant la réflexion éthique. 
- Développer en chacun une passion qui permet de lier la formation de l’esprit à l’engagement libre au service de la vérité. 
- Aider les jeunes à poser des choix, à construire des projets et à orienter leur vie.
- Privilégier la dimension communautaire dans toutes les actions éducatives : travailler en équipe, être attentif à ce que chacun peut apporter, apprendre des autres.

Former des femmes et des hommes de foi et d’action

- Accompagner chacun pour qu’il découvre sa mission sur terre, encourager initiative et prise de responsabilité par un engagement personnel et collectif.
- Agir avec conviction, en cohérence avec l’Évangile, dans la société et le monde que nous transmettrons aux générations futures.
- Valoriser l’esprit de service à travers des actions utiles, jusque dans les gestes humbles et quotidiens.

Vivre, en Église, notre passion pour l’humanité

- Faire connaître l'Évangile comme Parole à vivre aujourd'hui et demain, en lien avec l'Église locale et universelle. 
- Former une communauté chrétienne dynamique, joyeuse et accueillante, ouverte aux différences culturelles et religieuses.
- Témoigner des valeurs de l'Évangile et construire sur elles la communauté éducative, en faisant l’expérience de la diversité et en partageant une visée commune


 

 


 

Bienvenue dans la médiathèque du Centre de Ressources Pédagogiques de l'Assomption 

DSCN2006Des enseignants du réseau Assomption (16 établissements en France, sous la Tutelle des Religieuses de l'Assomption) travaillent ensemble, toutes disciplines confondues, afin de créer des outils pédagogiques à partager. Ces outils sont en cohérence avec le projet de l'Assomption.

Notre but est d'accompagner chacun, jeune et adulte, pour qu'il découvre sa mission.

 

Nous voulons aussi encourager les initiatives et les prises de responsabilité par un engagement personnel et collectif.  

Bonnes recherches dans notre médiathèque, n'hésitez pas à nous laisser des commentaires.

Retrouvez les documents en cliquant sur le lien de la Médiathèque du Centre de Ressources Pédagogiques de l'Assomption


 Le Conseil National des Lycéens... une « expérience de Vie » !

15259671 1031144837012115 5418051987243232277 o

Trois fois par an, des élèves délégués de tous les lycées de l'Assomption en France (Mongré de Villefranche sur Saône, Bellevue de Lyon , Saint-Joseph de Lyon, Saint-Ambroise de Chambéry, Lübeck à Paris, ComblouxBondy, BordeauxPessac, et Bruxelles) se retrouvent pour réfléchir, décider et mener ensemble des projets.

« Chacun a une mission », disent-ils. Et chacun, là où il est, peut être un leader, prendre sa part à la transformation de la société. En plus du partage d'expériences venues des différents lycées, qui permet aux uns et aux autres de s'enrichir, les lycéens se mobilisent pour des actions de solidarité qu'ils présentent ensuite dans leurs établissements.

Une manière de profiter du réseau international de l'Assomption et d'ouvrir les yeux sur le monde ! Ils préparent aussi un événement « all arts » qui permettra à tous ceux qui le souhaitent de s'exprimer artistiquement. Ce travail partagé est allié à une ambiance conviviale, d'amitié partagée, riche des grandes différences (de culture, de milieu, de parcours scolaire, de personnalités...) qui caractérisent les jeunes !

Suivre leur activité Facebook

Et voir leur vidéo de présentation


Apprendre à coudre et tisser des liens

Témoignage de Soeur Anne Pierre de la communauté de Saint-Gervais

education couture3J’aime coudre, et ce goût et ce plaisir de coudre va avec celui de partager, de transmettre, de faire avec d’autres. Déjà à Saint-Dizier (communauté qui a dû fermer en 2014), j’avais monté un atelier avec des mamans de l’école et des dames à la retraite. À ma grande joie, cet atelier a perduré à notre départ et se poursuit encore, rassemblant une dizaine de femmes pour de la convivialité et des travaux d’aiguilles variés.

À mon arrivée à Saint-Gervais, j’ai proposé mes services au lycée et à l’école primaire. Avec les enfants et quelques mamans, nous avons fait des costumes pour la pièce de théâtre en 2015, et l’année suivante une cinquantaine de costumes pour le spectacle de cirque, aussi bien des lions, des tigres, des éléphants, des chevaux que des clowns, des équilibristes, des Monsieur ou Madame Loyal... Depuis septembre, avec les maternelles, nous avons fait leur sac à chaussons, puis le cadeau de Noël pour les « papa, maman ». Si vous voyiez ces petits bouts de 3 ou 4 ans, choisir leur tissu (ils savent très vite celui qu’ils veulent), appuyer sur la pédale de la machine, couper les fils, retourner le travail, être finalement ravis devant le vide-poche qu’ils viennent de réaliser, et en plus garder le secret jusqu’au jour de Noël. J’ai autant de plaisir qu’eux.

education couture2Depuis 4 ans, j’ai aussi 10 séances avec trois groupes de six ou sept élèves de seconde, service à la personne et développement du territoire. Garçons et filles viennent ainsi s’initier à la couture : ils cousent à la machine, coupent, et sont en général fiers de l’objet qu’ils ont réalisé, et qu’ils emportent pour eux ou pour faire des cadeaux. C’est également un temps favorable à l’échange et aux discussions qui portent souvent sur l’essentiel.

Depuis trois ans, avant Noël, nous proposons aussi un week-end couture à la communauté, pour réaliser soi-même ses cadeaux. Cette année encore, il a rassemblé jeunes, et adultes, qui ont transformé la salle de jeux, en véritable atelier, grouillant du bruit des machines, de rires joyeux, et de jolies réalisations, ayant toutes comme but de faire plaisir à Noël. Cette année, nous y avons joint un marché de Noël, ce qui emplit notre caisse de solidarité.

Joie de coudre, joie de faire avec d’autres, et comme dit une élève : "Anne Pierre, tu as des fils sur toi !"

 

 

 


                                                                  Éducation inclusive à VilniusDSC 0010 2

Témoignage de sœur Marie-Laure, qui a pu visiter l’établissement scolaire de l’Assomption implanté à Vilnius, capitale de la Lituanie, où la pédagogie envisagée par sainte Marie-Eugénie, notre fondatrice, met un point d’honneur à ne laisser personne en arrière.

« L’école de l’Assomption à Vilnius comprend 594 élèves, dont 94 porteurs de handicap – 8 ou 10 sont concernés par un handicap mental, les autres par des troubles de l’attention, certains sont autistes Asperger, porteurs de déficiences physiques, visuelles, auditives…

Le système de la Lituanie est organisé complètement différemment du nôtre, parce que ces élèves sont vraiment en situation d’inclusion. L’école inclusive, on en parle beaucoup, et je trouve que c’est très intéressant : ils ne sont pas seulement « intégrés », mais vraiment inclus. Ils passent donc des examens comme les autres tout en recevant l’attention nécessaire à leur adaptation. Un enfant suit toujours les cours dans une classe comme les autres, mais il pourra assister à sa séance d’orthophonie à la place d’un cours plutôt que d’y aller en rentrant chez lui. Les enfants qui ont des limites en sport ont cours en même temps que les autres, mais dans une salle de sport adaptée pour les exercices de motricité, etc., et il y a des assistants d’éducation qui sont complètement différents de nos AVS en France. Ce qui veut dire qu’ils préparent le programme avec le professeur et ils s’occupent exclusivement de l’élève qui leur est confié.

image 1C’était mon second séjour. Je suis allée une première fois pour me former et la deuxième, je faisais partie de l’équipe d’animation. On passe deux demi-journées dans la classe et on regarde comment fonctionne le professeur. Cela peut passer par donner un travail grossi à un élève quand il est malvoyant, coder quand l’enfant est malentendant donc tout est adapté ; c’est un choix de l’équipe éducative. En Lituanie, les professeurs sont payés par l’école, c’est donc l’école qui choisit ses professeurs, qui sont aux 35 heures. Ce qui m’a impressionnée, c’est que dans cette école, il n’y a pas de salle d’étude. Quand un professeur est absent, ils font appel à un enseignant d’une autre matière qui doit des heures. Et puis, ce que je trouve remarquable est qu’ils n’ont pas de cour de récréation, parce que c’est très petit. Les récréations se passent dans le couloir pendant 10 minutes ; il peut y avoir une salle de primaire à côté d’une salle de lycée ou collège et les élèves se régulent entre eux ; le prof n’est pas dans la classe le temps de la cantine. Ils sont complètement autonomes.

Cela m’a impressionnée parce que ça se passe très bien, c’est très paisible. Il y a des bancs dans les couloirs de l’école (réalisés à l’aide de palettes en atelier de technologie). La manière dont ils s’entraident est remarquable, tout comme leur utilisation du téléphone portable. Nous, on en a beaucoup parlé en France avec le portable qui va bientôt être interdit, alors que eux, dans les couloirs, dans les pauses, ils ont leur portable, ils peuvent jouer, ils ont leur connexion mais je les ai vus aussi discuter, chanter, rire. Et en classe, le portable est utilisé comme outil pédagogique. Comme ils en ont tous, le professeur dit : « On va faire telle recherche. » Alors les élèves sortent leur portable ou leur tablette à ce moment-là ; ils font la recherche et puis le portable retourne dans le casier et le cours continue. Les professeurs estiment qu’ils n’ont pas le droit d’interdire pour interdire. Je pense qu’ils sont très en avance par rapport aux méthodes éducatives. C’est un choix de l’établissement scolaire ; c’est un choix, aussi, pour les parents de faire vivre ensemble des enfants porteurs de handicap et de non-handicapés.

IMG 7978Voici une belle histoire qui m’a touchée. Celle d’un jeune qui se trouve très handicapé car il lui manque, entre autres, un avant-bras. Il va finir son bac avant d’aller en Allemagne suivre des études d’économie. Et ce jeune-là, il chante parfaitement, en français, en anglais, en lituanien ; il fait des shows à l’occasion. Quand il est arrivé dans cette école, il était un peu malmené par sa famille qui considérait que, par son handicap, c’était un enfant « raté » parce qu’il n’était pas « fini » au niveau de ses membres abîmés. Il n’était pas maltraité, mais on ne prenait pas soin de lui. Ses parents ont choisi de le mettre dans cette école et un jour un professeur a détecté qu’il avait quelque chose de très beau et de très juste au niveau de sa voix et qu’on pourrait l’emmener plus loin. Donc le professeur l’a pris en charge, fait chanter, et a dit à sa famille : « Emilis a des qualités. » La famille n’a pas réagi. D’autres professeurs se sont joints à la cause et lui ont donné des cours de musique de très bon niveau. Lors des concerts, des soirées organisées, les parents n’allaient pas le chercher car ils ne croyaient pas que leur fils pouvait faire quelque chose de bon. Ce sont donc les professeurs, parfois la directrice elle-même, qui le ramenaient chez ses parents parce qu’ils n’accordaient pas d’attention à ce don. La dernière fois, il nous a chanté Le Temps des cathédrales (de la comédie musicale Notre-Dame de Paris), et d’autres classiques français : Brel, Brassens, Johnny Hallyday... Il nous a parlé en français et nous avons vu le regard d’admiration de sa maman qui était d’une fierté incroyable. Elle est maintenant son chauffeur, l’accompagnant partout où il a besoin d’aller. Elle le laisse même partir alors qu’il a des problèmes de santé. Parce qu’un professeur a repéré en lui quelque chose de beau et de bon, qu’il lui a fait confiance, l’enfant a pu aller beaucoup plus loin, et à un moment, on lui a beaucoup dit : « Tu peux vraiment en faire ton métier. » Et lui répondait que ça ne l’intéressait pas, qu’il aurait aimé être chanteur ou danseur d’opéra mais qu’il avait mûri son projet, disant : « Je suis handicapé, je n’ai pas la santé physique et je renonce à ce projet, donc je garde le fait de pouvoir chanter pour me faire plaisir et faire plaisir aux autres, de pouvoir me cultiver, mais ça ne sera pas mon métier. » J’aime cette histoire parce qu’il y a plein de paramètres importants. Quelqu’un l’a repéré, quelqu’un lui a fait confiance, quelqu’un l’a emmené plus loin, suppléé en quelque sorte à ses parents pour leur prouver que malgré sa différence, il a quelque chose de bon en lui. Cela montre qu’à l’Assomption, on rejoint le jeune là où il en est, pour faire un peu de chemin avec lui, et pour l’emmener un peu plus loin en faisant route avec lui.

renardDe mon côté, j’ai découvert ça à l’Arche, parce que j’ai travaillé 7 ans dans un foyer, à mi-temps avec des personnes porteuses de handicap et j’ai toujours été sensible à la différence, persuadée que quelqu’un de différent a une richesse à partager. Son « moins » peut être un « plus » pour moi. Alors c’est sûr, il faut l’apprivoiser. Quand j’ai animé la session à Vilnius avec les professeurs, le matin, pour les lancements de journée et les temps spirituels, je me suis toujours appuyée sur la rencontre entre le Petit Prince et le Renard. Parce que le Petit Prince, il veut aller très, très vite, il veut tout de suite un ami, et le Renard, il est loin de tout ça parce qu’il ne le connaît pas. Et qu’il a aussi eu de mauvaises expériences avec des hommes, la peur, « les chasseurs ».  Le Renard a besoin d’un temps d’apprivoisement, de rencontre personnelle. Donc je pense qu’on peut faire route ensemble, mais qu’il faut du temps pour se connaître, il faut du temps pour se découvrir et apprécier l’autre à sa juste valeur : même d’amitié, il faut du temps pour aimer. J’aime bien dire : rencontrer, c’est aussi se laisser rencontrer. Comment je rencontre les autres ? Quelle est ma disponibilité de cœur, d’esprit ? Par qui est-ce que je me laisse rencontrer (Dieu, ceux qui ne me menacent pas) ? Par qui aussi je ne me laisse pas rencontrer et pourquoi ? Je crois beaucoup à la rencontre et à l'accueil de la différence que peut nous apporter l’autre, de la richesse en plus.

imageUn rituel de l’Arche m’a marquée et je le partage le plus souvent possible. À chaque anniversaire, à la fin du repas, la bougie passe de mains en mains et chacun est invité à dire à la personne fêtée pourquoi il ou elle est importante pour le foyer, qu’est-ce que l’on aime en elle, qu’est-ce qu’elle a de spécial pour le groupe. C’est un vrai temps de grâce de reconnaître l’autre dans le côté du bon et du beau. Se glisse aussi parfois : « C’est difficile, mais je t’aime bien. »

Dans une autre perspective, dans nos communautés, nous avons fait le même choix. Dans la vie religieuse, nous avons choisi le Christ, nous avons choisi de nous donner complètement à Dieu, et en même temps, nous sommes tellement différentes, de par notre éducation, de par notre histoire et notre formation, de par nos blessures. Cette différence est une richesse parce que si nous étions toutes les mêmes et que nous nous avions dû nous choisir, je ne serais pas entrée à l’Assomption… D’ailleurs, si tout le monde se choisissait, cela ressemblerait plus à un « club Med » qu’à une communauté religieuse qui répond par amour à un appel. On serait entre « copines »… Alors que notre vie, telle qu’elle est, est comme l’eau sur les cailloux qui s’érodent pour mieux se joindre. Et même se rejoindre dans le quotidien d’une vie donnée.

 


A petits pas à l’intérieur de soi

« Les hommes s’en vont admirer la hauteur des montagnes, les vagues géantes de la mer, les fleuves glissant en larges nappes d’eau, l’ample contour de l’océan, les révolutions astrales : et ils se laissent eux-mêmes de côté ! (Livre X, 8, 15 des Confessions de saint Augustin)

DSC 0006 2Qu’auraient donc été nos vies si nous avions reçu une éducation à l’intériorité dans nos jeunes années ? N’aurions-nous pas été plus posés et sereins, à l’écoute de nos émotions, menant une vie simple et heureuse sans chercher à fuir nos troubles et pallier nos manques ?

 Le Centre de ressources pédagogiques Assomption en pastorale s’est attaché à trouver une manière d’aider les enfants à s’ouvrir à la présence à soi, à sentir par eux-mêmes ce qui les habite, leurs désirs et besoins véritables, afin d’avancer entiers sur leur chemin, dans la bienveillance envers ce qu’ils portent en eux et la reconnaissance de l’autre. Un respect profond et spontané de ce qui les meut et de la vie alentour, qui les guidera, les ancrera dans un monde où tout appelle à disperser son attention et sortir de soi.

Sœur Marie-Geneviève Poulain a commencé à mettre cette pédagogie en pratique à l’école de l’Assomption de Bondy, à raison d’une heure d’atelier d’intériorité par mois auprès des CM1 la première année. Beaucoup ont décidé de continuer l’année suivante. L’aventure se poursuit aujourd’hui à l’Assomption de Mongré (Villefranche-sur-Saône) auprès des 8-9 ans, une heure tous les 15 jours, par demi-classe, les enseignants accompagnant les séances.

fb2d5b85b67dfbc64968c9e793d603faChaque séance débute par un temps de relaxation visant à suivre son souffle, sentir la vie à l’intérieur de soi : les mouvements internes du corps, les émotions qui constituent la « météo intérieure » du moment. Les pensées qui vont et viennent, qui entraînent si facilement l’attention et que l’on apprend à recentrer régulièrement, en prenant conscience de sa respiration et de la manière dont le monde attire hors de soi et attache à la superficialité.

Ce premier geste qui met en valeur l’ici et maintenant est un exercice à intégrer pour rester en harmonie avec tout ce qui constitue nos vies, cette attention aux signaux envoyés par le corps, nos émotions. S’arrêter et écouter pour ne pas se laisser submerger par elles, mais plutôt les accueillir, prendre soin d’elles avec discernement, et les laisser passer. Comme les pensées. 

IMG 2928En référence à un père du désert, Dom Evagre, sœur Marie-Geneviève rappelle comme chacun est responsable de sa maison intérieure, comme chaque pensée vient frapper à la porte et que nous sommes alors libres de décider de la laisser entrer et germer ou non en nous. « On n’admet pas n’importe qui dans notre trésor intérieur. » Si l’on perçoit que cette pensée ne nous fera pas du bien, mieux vaut alors la laisser sur le seuil.

Ainsi, lorsqu’une pensée, une parole, un événement nous troublent, un petit entraînement permet de discerner ce qui se passe en revenant au présent, essentiel pour agir, il procède en trois temps :

-      

         STOP : que se passe-t-il ?

        FEEL (ressentir) : qu’est-ce que cela provoque en moi ? Quelles sont mes sensations dans mon corps, mes émotions ?

        GO : que faire de tout cela afin que je puisse avancer ? Que faire de ce que j’ai découvert ?

De la sorte, à chaque bourrasque de l’existence, on trouve au plus profond de soi les moyens de ne pas se laisser dépasser et déposséder pour avancer avec souplesse et confiance à travers les écueils.

 La confiance, justement, n’est pas générée par la seule volonté, elle s’enracine par l’expérience, accompagnée par l’adulte qui aide les enfants à mettre des mots sur ce qu’ils vivent : la sensation engendrée par l’interaction avec son corps. Sœur Marie-Geneviève invite alors les enfants à danser, à laisser aller les mouvements librement sur la musique, à écouter les battements de leur cœur, leur souffle qui s’accélère, les émotions présentes. Ou encore à s’abandonner les yeux bandés, à la conduite de leur camarade, dans un exercice de lâcher-prise, et de confiance mutuelle. La confiance, c’est sentir en plus de croire, c’est une réalité produite par un cheminement intérieur.

Grâce à tout cela, les enfants ont une meilleure approche des émotions qui les déstabilisent comme la colère, et partagent parfois leurs précieuses prises de conscience avec leurs parents qui voient à leur tour une porte s’ouvrir en eux.

 En fin d’année, Sœur Marie-Geneviève a recueilli de beaux témoignages d’enfants de CE2-CM1 de l’Assomption de Mongré :

IMG 2994« Au début de l’année, je n’étais pas très bien. Je n’avais aucune idée de ce qui se passerait dans le futur. Mais tu m’as appris à être ici et maintenant. Tu m’as aidée dans ma vie (c’est pas original) à plus penser à ce qui est autour de moi, à plus aimer mon frère et le plus important, à croire ! » Inès

« Merci car tu m’as tout appris. J’ai adoré le guide d’aveugle. Et maintenant je sais que je suis un trésor, merci ! » Clémence

« J’ai tout aimé et je me suis écarté de mes copains pour ne pas parler. » Axel

« Merci Marie-Geneviève pour toutes les séances, celle que j’ai préférée, c’était celle de la grenouille. J’ai failli m’endormir tellement que c’était doux, j’écoutais toutes les choses qu’elle disait et je les faisais. » Anaëlle

« Merci beaucoup de m’avoir apporté la confiance et merci de m’avoir fait comprendre ce que c’est d’être aveugle ou avoir des problèmes. » Sophie

« Vous m’avez appris beaucoup de choses et on s’est bien amusé ! Merci pour tout ! » Baptiste

c86b7b15ea5f5e9883aedbf84e95128dMettre des mots sur ce qu’on ressent permet de se prendre au sérieux dans une société qui ne prise pas la valeur des êtres dans la course effrénée des choses à accomplir, et de prendre conscience que l’on est quelqu’un tout en reconnaissant l’autre dans sa propre singularité.

Comment enseigner le respect des différences et la stabilité aux enfants sans leur en donner les clés pratiques ?

 "Le risque n’est-il pas de mettre la charrue avant les bœufs, sans ouvrir la présence à soi qui peut donner la possibilité de la rencontre ? Tout se passe dans l'ici et le maintenant, tout le reste est du plaqué."

 

Bibliographie recommandée par sœur Marie-Geneviève :

-       Calme et attentif comme une grenouille, d’Eline Snel

-       Heureux et détendu, de Marine Locatelli

-       Emotions : enquête et mode d’emploi, tomes 1 et 2, par Artmella (bande dessinée)

Pour consulter l’article écrit par sœur Marie-Geneviève, cliquez sur ce lien 

 


Congrès international sur l'éducation transformatrice - Manille, mars 2018

20180303 ra rieducation soiree 02 f3482Du 1er au 10 mars 2018, s'est déroulé à Manille, aux Philippines, un congrès international sur l'Education transformatrice rassemblant les représentants de tous les pays où les religieuses de l'Assomption sont présentes. Le charisme se déploie différemment selon les cultures, les sociétés et les besoins de notre temps.

L'introduction de cette deuxième rencontre internationale, 20 ans après la première, en juillet 1998 à Auteuil, a été faite par soeur Martine, notre supérieure générale. Elle nous a rappelé l'urgence de cette oeuvre d'éducation, qui est oeuvre de foi, oeuvre d'amour, et oeuvre d'espérance, ainsi que l'importance de la patience dans ces chemins d'éducation dans lesquels nous sommes conduits, guidés, accompagnés par le Christ.

"Notre désir sera toujours d'ajuster la pertinence du charisme aux situations nouvelles de nos sociétés."

 Voir le panneau préparé par les communautés et affiché à Manille pour présenter la Province de France : partie 1partie 2partie 3partie 4

"Nous voilà déjà au 8ème jour... Les premiers ont été consacrés à un 'retour aux sources' et nous ont permis de ne pas toujours rester assis puisque nous avons eu la chance de marcher samedi, sur les pas des premières sœurs arrivées aux Philippines. Comme elles, nous sommes entrés deux par deux dans la cathédrale au son de l'orgue qui jouait pour nous: vous devinez notre émotion! Ce pèlerinage nous a menés jusqu'à l'évêché où elles avaient été accueillies, puis sur le lieu de la 1re maison. Nous avons ensuite continué la route jusqu'à Antipolo, 3e lieu pour ces mêmes sœurs. Accueil aussi extraordinaire qu'à San Lorenzo avec un spectacle splendide donné par les élèves pour rendre grâce de toutes ces années de l'Assomption en Asie. Dimanche matin, s'est officiellement ouverte l'exposition où les différentes Provinces présentaient l'éducation transformatrice telle qu'elle a été vécue depuis les 20 dernières années. A partir de là, nous avons essayé de dégager aspects communs et nouveautés à travers des temps d'intériorisation, d'échanges et des ateliers. Mardi, nous avons été invités à un temps d'immersion. Le groupe a donc été divisé en trois: l'école de San Simon, l'école de Malibay et la communauté de Cavite. Des réalités tellement différentes de celles que nous avions jusqu'alors connues à San Lorenzo et Antipolo... Beaucoup d'émotions encore pendant cette journée!

Hier, journée d'intégration pour laisser descendre tout le vécu et prendre conscience des défis de notre société. Depuis ce matin, nous essayons de recueillir les appels pour aujourd'hui à partir de tous les exposés et travaux de groupe." (Marie-Yvonne et Soeur Marie-Cécile, pour l'équipe)


Rencontre sur le thème de l'éducation à l'Assomption - Lyon, janvier 2018 

DSC 0010Le samedi 27 janvier 2018 s'est tenue à Lyon une conférence sur l'esprit de l'Education à l'Assomption. Soeur Catherine-Marie et soeur Marie-Geneviève ont d'abord présenté les fondations de celle-ci en étudiant la pensée et l'action de sainte Marie-Eugénie à ce propos pour s'adapter aux besoins de son temps, de façon visionnaire et moderne, comme nous allons l'aborder plus loin. La deuxième partie fut dédiée à la présentation du réseau d'établissements scolaires, par Richard Grille, directeur du Lycée Assomption Bellevue à Lyon, et Michel Bonnefoy, enseignant au Pôle Supérieur Bellevue inséré dans le quartier de Gerland.

"On sent qu'on est à l'Assomption ici...", cette phrase a été beaucoup entendue par M. Grille, ce que soeur Myriam, ayant accompagné des enfants lors de ses différentes missions au long cours en Inde, au Danemark ou en Israël, peut confirmer : "Il y a un esprit, une façon de traiter les jeunes, de croire en eux." Une façon d'éduquer dont le principe s'est harmonisé avec chaque pays où l'Assomption s'est implantée, de la même manière qu'avec chaque jeune : on ne coupe pas les ailes du papillon, on l'aide à diriger son vol, on le guide. Tout en respectant sa nature même, ce qui fait qu'il est un être unique, un des innombrables visages de Dieu. Un être, un pays, l'Esprit touche les hommes individuellement et collectivement. Pour arriver à un tel résultat, il faut se pencher sur la question de l'Incarnation.

DSC 0013Dieu s'exprime à travers chacun de nous, Jésus-Christ a laissé un précieux enseignement afin que nous suivions son exemple. Pour que la bienveillance, la lumière de Dieu rayonne en nous et nourrisse nos frères, il nous faut nous reposer en lui avec confiance, et être conscient de notre impact sur le monde. 

Chaque être est éducable, l'éducation est essentielle pour laisser exprimer le meilleur de notre nature divine, cachée sous le boisseau de notre réactivité face aux difficultés du quotidien qui peuvent nous enfermer dans une pensée rigide teintée de peur, d'égoïsme et de jugement. Sainte Marie Eugénie voulait prendre soin de Dieu dans chaque enfant, le laisser être tel qu'il était destiné à se manifester dans cette incarnation tout en s'adressant à l'esprit, bien humain, qu'il fallait sensibiliser à sa responsabilité d'être. De sorte que chaque futur adulte puisse endosser la mission pour laquelle il s'est incarné, petite ou grande, que cela soit un engagement social ou un simple art de vivre, humble et éveillé, au service de ceux qui l'entourent. 

"Si Dieu a toujours eu en si grand honneur l'existence de l'homme, quelle importance ne devons-nous pas attacher à notre existence, et à chacun de ses instants." (Marie-Eugénie, 28 décembre 1879, lors du chapitre "L'importance de la vie")

Grille BonnefoyL'éducation à l'Assomption résonne de cet appel du coeur lancé au XIXe siècle et mis en pratique par les premières religieuses de l'Assomption. Cette écoute bienveillante visant à ne pas perdre de vue le meilleur en chaque être et l'encourager tout en le responsabilisant avec compréhension, est à la base du charisme porté par les enseignants d'aujourd'hui, partout dans le monde. Un enseignement du coeur, de l'esprit et de l'âme, comptant sur la coopération du jeune, qui n'est pas une outre à remplir, mais un être conscient et capable de donner le meilleur de lui-même s'il se sent aimé et respecté pour ce qu'il est, dans sa différence. Car nous sommes tous différents, avec plus ou moins de difficultés, certes, à assumer notre singularité et à nous adapter au monde et ce qu'il comporte d'épreuves.

Prendre conscience de notre environnement, de notre façon d'être, demande du temps et se fait au fil des années. Une éducation bienveillante constitue le meilleur terreau pour développer cette intelligence de la vie et laisser exprimer sans effort cette grâce de Dieu qui nous est donnée à tous. Comprendre l'impact de ses paroles, de ses actes, des pensées que l'on choisit d'entretenir, comprendre que la facilité nous lie plus qu'elle nous libère. Que notre autonomie est le meilleur facteur d'épanouissement dans une société qui nous divertit et nous assujettit dans un même mouvement plutôt qu'elle ne nous incite à "être ce que l'on est avec le plus de plénitude possible"  (Marie-Eugénie)

Sainte Marie Eugénie a été précurseur des courants de pensées récents de notre temps quant à l'éducation. Bien avant Françoise Dolto ou Maria Montessori et l'éducation positive. Son esprit, curieux de son époque et vivement impliqué à son amélioration, s'est pleinement laissé inspirer par le Christ. Aujourd'hui, les établissements scolaires de l'Assomption témoignent de ce supplément d'âme, voient les jeunes piloter des projets, laisser exprimer un caractère trempé sous le regard d'enseignants dédiés à l'émergence en chacun de ces enfants de l'évidence de ce qui sera sa voie, naturellement. 

"Il y a une grande liberté d'esprit à l'Assomption, la liberté essentielle à la personne, c'est avoir la capacité de disposer de soi et de se réaliser ; c'est la possibilité de construire sa propre destinée." (Texte de référence, page 45)

Voici une vidéo illustrant le Projet Apostolique et Education de l'Assomption

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous droits réservés 2013 © Les Religieuses de l'Assomption - Province de France | Webmaster |Mentions Légales | Carte du site